Johan, le 51e cri de « 50 nuances de cris »

Johan Rinchart est l’auteur de « 50 nuances de cris », un recueil de 50 nouvelles où 50 personnages poussent un cri : d’espoir, de surprise, d’effroi, d’enthousiasme… Angélique, Paolo, Ferdinand, Charlotte, Kimiko, Rafaella, Cyrus, Oona… ne vous laisseront pas indifférent. Tout comme leur auteur…

Qui êtes-vous Johan Rinchart ?

J'aurai bientôt 50 ans mais je parais plus jeune, je vis à Binche avec ma compagne et mon chien Boutroce, un bouledogue français. Je suis journaliste de formation, j'ai entre autres travaillé dans la presse écrite, notamment comme correcteur et secrétaire de rédaction. Cet été 2019, j'ai publié dans « Le Vif-L'Express » une série de portraits d'auteurs. J'ai adoré faire ça.

L’écriture, une passion, un besoin, une envie ?

L'écriture est une envie régulière, une espèce de jeu, un truc que je fais hyper facilement et qui me fait du bien. J'ai écrit chaque nouvelle de mon recueil « 50 nuances de cris » en à peu près 20 minutes. Dès que je commence à écrire, je suis plongé dans un autre monde, c'est une chouette sensation !

Comment vous est venue l’idée de votre livre ?

L'idée de mon livre, ou plutôt l'idée du thème des nouvelles, un prénom, un nom, une histoire, vient du fait que je suis persuadé que nous sommes tous et toutes des personnes uniques, pas du tout interchangeables. Je voudrais convaincre mes lecteurs qu'on peut se permettre de devenir soi-même.

Quel livre emporteriez-vous sur une île déserte ?

Sur une île déserte, j'emporterais « L'Etranger », d'Albert Camus, un livre mince et profond sur l'absurdité de la condition humaine et la relation à l'autre. Je l'emporterais parce que ce roman m'a marqué – et aussi parce que, à 17 ans et demi, j'ai reçu de la part de mon prof de français, M. Delhaye, la note délirante et merveilleuse de 20 sur 20 pour mon analyse de ce livre devant toute la classe. Immense souvenir, grande fierté encore aujourd'hui.

Quel est le dernier livre que vous avez-lu ?

« Feel good », de Thomas Gunzig, parce que j'aime cet auteur belge et que c'est son dernier-né. J'ai beaucoup aimé ce roman, dont j'ai dévoré les 400 pages en quelques heures.

Il ne vous reste plus qu’à aller découvrir les portraits de ses personnages, voter et, si vous le souhaitez, faire une promesse de don. L’extrait de « 50 nuances de cris » est à lire ici.

Les cookies nous permettent de vous proposer nos services plus facilement. En utilisant nos services, vous nous donnez expressément votre accord pour exploiter ces cookies. En savoir plus